La cystite chez le chat : traiter l’infection urinaire

Les chats font partie des animaux les plus propres naturellement…alors, quand Minou commence à uriner hors de sa litière, il est tout à fait normal de s’inquiéter. Un manque de propreté chez nos amis félins, ou de petits bruits plaintifs au moment de faire leurs besoins, peuvent être des signaux d’alarme indiquant la présence d’une cystite. La cystite du chat, qu’est-ce que c’est ? Comme chez l’humain, il s’agit d’une inflammation du système urinaire. Très désagréable, et rapidement d’une douleur intense, cette inflammation accompagne en général, mais pas toujours, un dérèglement du système urinaire dont des insuffisances rénales dangereuses pour la vie du félin. Si la cystite n’est pas en-soi une maladie contagieuse ni mortelle pour nos amis à poils, elle justifie en cas de persistance de consulter un vétérinaire dans les meilleurs délais et ne peut pas être traitée simplement à domicile. Focus sur un désagrément que nos chats rencontrent malheureusement au moins une fois dans leurs neuf vies !

 La cystite : symptômes et causes

Un chat atteint de cystite peut adopter une multitude de comportements, ce qui rend parfois difficile la phase de diagnostic pour les propriétaires un peu déboussolés. Un chat prostré, qui refuse de s’alimenter, qui est sujet à des vomissements, ou dont l’abdomen est rigide, pourra par exemple être atteint de cystite sans que cela paraisse évident aux yeux de son maître pendant plusieurs jours. D’autres symptômes en revanche sont plus faciles à interpréter et peuvent faire redouter la présence d’une inflammation du système urinaire. C’est le cas par exemples de miaulements inhabituels au moment d’uriner, de traces d’urines un peu partout dans la maison (en particulier autour de la caisse du chat), voire de traces de sang, ou encore d’odeurs semblables à l’ammoniaque ou à de l’urine fortement concentrée. Evidemment si chaton se lèche excessivement les parties ou qu’il tente de nombreuses fois d’aller vers sa litière avec de très faibles urines, on peut aussi suspecter une inflammation dans cette zone. 

Pour autant, attention, qui dit cystite ne dit pas nécessairement infection urinaire. L’infection urinaire, qui comme toutes les infections est une présence de bactéries dans le système urinaire, est une pathologie à part entière, qui peut déclencher la cystite. La cystite, distincte, en est donc une conséquence. Mais elle peut résulter aussi d’autres causes. Si nos amis à pattes sont extrêmement stressés (par un choc, un déménagement, une autre maladie…), ils peuvent déclencher une cystite. C’est aussi une possibilité en cas d’obstruction de l’urètre, ou encore de présence de calculs, comme chez les humains. Il arrive aussi que le canal urinaire fasse l’objet d’une petite malformation. Bref, comme on le voit, il est difficile de savoir si le chat ne connaît qu’un petit désagrément lié à des saletés et résidus ou si la cystite est provoquée par une pathologie grave avec tumeurs. C’est pourquoi il peut être tout à fait utile de consulter un professionnel de santé.

Traitement de la cystite

Parfois la cystite est bénigne et sans cause identifiable, il s’agit de la cystite idiopathique du chat. Cependant pour déterminer les causes de la cystite, un vétérinaire va procéder à un examen de son urine au microscope afin de déterminer la présence de cristaux, de bactéries, etc…Cet examen, réalisé avec un chat calmé, peut s’accompagner bien sûr d’examens radiographiques plus poussés (scanner, échographie…) pour déterminer la présence d’éventuelles tumeurs ou de simples calculs. Il est important aussi de savoir que des pathologies du type diabète ou hypothyroïdie nécessitent, pour être diagnostiquées, des prises de sang sur l’animal. Une fois établie la cause des souffrances du chat, il est plus aisé de lui administrer le remède adapté. 

Certains sont assez classiques comme des anti-inflammatoires contre la douleur et des antibiotiques contre les bactéries. Mais d’autres sont plus invasifs, car la priorité est de redonner du confort à l’animal pour uriner, voire tout simplement la possibilité de le faire, et d’éviter les graves conséquences rénales d’un dysfonctionnement du système urinaire. Par exemple, il arrive que le vétérinaire “débouche” le canal du chat en le nettoyant, et/ou l’aide à uriner par la pose d’une sonde urinaire. La pose d’une sonde d’alimentation ou d’hydratation peut aussi avoir lieu. Et certaines pathologies peuvent évidemment exiger des opérations chirurgicales, comme l’extraction des calculs qui résistent aux solutions non-invasives à cause de leur taille imposante. C’est un mauvais moment à passer pour nos petits amis, qui ont absolument besoin d’être chouchoutés et placés au calme, avec un accès facile à l’eau. Ils méritent alors plus que jamais toute notre attention pour veiller à leur bonne convalescence. 

Comment prévenir ? 

Il est toujours difficile de prévenir un problème comme la cystite, même en connaissant bien son animal: le propriétaire consciencieux, qui s’en occupe avec amour et soin, n’a donc pas à culpabiliser si cette difficulté survient. Il n’existe en outre, bien évidemment, pas de vaccin contre cette inflammation parfois chronique chez nos amis. En revanche certains réflexes permettent de limiter les risque, et notamment d’éviter les rechutes, car les mêmes causes produisent les mêmes conséquences : un chat stressé, ou placé dans un environnement non-hygiénique, aura ainsi de plus forts risques de récidive. Côté alimentation, il faut privilégier un accès à l’eau le plus facile et une eau de bonne qualité, changée régulièrement car nos amis n’aiment pas trop l’eau stagnante. Pour la nourriture, il ne faut pas hésiter à demander conseil à son vétérinaire, et à s’orienter vers une alimentation qui réduit la formation de calculs et d’impuretés. Elle est aussi disponible en grandes surfaces désormais ou très facilement en commande en ligne sur internet. La litière doit bien sûr être changée régulièrement et il peut être utile d’observer si le lieu où est placée sa caisse est confortable est rassurant pour Minou. Toujours dans la perspective d’améliorer son bien-être et de réduire son stress, l’usage de phéromones anti-stress, également disponible dans le commerce, a fait ses preuves. Et bien sûr, comme toujours : beaucoup d’attention et d’amour ! 

Partager, c'est nous aider !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *