La teigne du chat : diagnostic et traitement

La teigne du chat est une affection particulièrement pénible car très difficile à éradiquer. Elle est, pour ainsi dire, transmissible à tous les mammifères, et donc à l’être humain, et les chats y sont tout à fait exposés. Elle est aussi extrêmement contagieuse, ce qui peut faire tourner son traitement au casse-tête lorsqu’un de nos amis félins est porteur de la teigne. Il s’agit en effet d’une forme de champignon à forte résistance, donc une affection entrant dans la catégorie des mycoses, qui se transmet notamment à travers les piqûres d’insectes ou de puces. Mais elle est surtout présente dans tout l’environnement du chat affecté, et s’en débarrasser nécessite des efforts colossaux. De plus, certains chats peuvent être porteurs asymptomatiques, c’est-à-dire qu’ils peuvent la transmettre sans en être malades eux-mêmes. C’est très souvent le cas des chats persans par exemple. La teigne ne présente pas de danger mortel chez l’immense majorité des sujets touchés. Mais ses conséquences sur l’épiderme du chat, et la contagion potentielle des humains du foyer (notamment les enfants) en fait une maladie des plus désagréables, qu’il convient d’éradiquer dès qu’elle se présente. Les zoonoses qu’elle provoque, sans présenter de menace sérieuse pour la santé de nos amis à poils, font ainsi de la teigne une maladie à détecter au plus tôt. Cependant, il n’est pas toujours aisé d’établir un diagnostic et de connaître le traitement adéquat. En cas d’affaiblissement de Minou, il ne faut pas hésiter à contacter immédiatement un vétérinaire. Zoom sur les caractéristiques de la teigne du chat. 

Les symptômes

La teigne du chat se manifeste en particulier par la disparition de poils sur certaines zones du corps de l’animal, comme une calvitie très localisée en petites tâches. Ces zones de quelques millimètres à quelques centimètres sont pelées et entourées d’un liseré rouge, semblable à une légère irritation du derme. Elles peuvent être visibles sur tout le corps du félin, mais sont sont généralement présentes surtout sur son dos et sa tête, y compris au niveau de son nez et autour des yeux. Lorsque la maladie a déjà atteint une zone assez large, ou même avant cela, il arrive que des croûtes se forment, en particulier chez les siamois (chez lesquels il s’agit de la manifestation la plus fréquente de la teigne du chat).

Le problème, dans cette phase de la maladie, est le chat n’est souvent atteint d’aucune fièvre, ne se gratte pas et ne ressent lui-même que peu les démangeaisons, son comportement ne change pas forcément de façon significative. Il est donc difficile de se rendre compte tôt de la présence de ce champignon microscopique qu’est la teigne du chat. Mais dès l’apparition des premières plaques, il est nécessaire de se rendre chez son vétérinaire pour que ce dernier puisse établir un diagnostic précis, préalable indispensable à un traitement efficace. 

Le diagnostic

Les vétérinaires ont l’habitude de détecter cette maladie très contagieuse de nos amis les chats, c’est donc un bon réflexe de les consulter pour être fixé sur la nature précise de l’affection dermatologique dont souffre notre petit compagnon. Son vétérinaire pourra, dès un premier examen, commencer à dépister la teigne du chat, et voudra sûrement, le cas échéant, procéder à des examens complémentaires pour se forger un avis définitif. Il pourra par exemple utiliser une lumière spéciale, appelée Lampe de Wood, grâce à laquelle il pourra compléter son diagnostic. Cependant, il est probable que le professionnel de santé animale décide de procéder à de petits prélèvements cutanés pour une identification plus certaine de la teigne du chat. Ces prélèvements de peau seront étudiés au microscope pour y voir de façon précise les champignons microscopiques. Il s’agit de loin de la méthode la plus efficiente pour distinguer la teigne du chat d’autres affections dermatologiques et de pouvoir appliquer au chat malade le traitement dont il a besoin.  A lire également notre article sur la grippe su chat.

Le traitement

C’est indiscutablement la partie de cette affection comportant le plus de désagréments…pour le propriétaire du chat ! Le vétérinaire peut prescrire une lotion traitante et apaisante qui devra être appliquée pendant un mois environ, et dans certains cas sévères plusieurs semaines. Il peut aussi s’agir d’une pommade, voire d’un traitement antifongique interne lorsque l’affection est étendue, raison de plus pour réagir au plus tôt. Il est absolument indispensable de traiter tous les animaux de la maison, tant le risque de contagion et de rechute est élevé. Les refuges et chatteries le savent bien, et c’est pour cette raison qu’ils redoutent tout particulièrement une infection par la teigne du chat. 

Pour le propriétaire, le traitement ne s’arrête pas simplement à l’application de la lotion à son ami félin, mais il lui incombe de procéder à un nettoyage total de son environnement. Il faut réaliser une désinfection complète de toute la zone où le chat a évolué, notamment les linges, tapis, et autres surfaces où se niche la teigne du chat. L’usage de désinfectants est indispensable. Les sacs d’aspirateurs doivent être systématiquement jetés à l’extérieur de la maison, voire détruits. Il est évidemment recommandé de faire bouillir tous les couchages et lieux d’accueil habituels du chat. Il sera même parfois nécessaire de recourir à des fumigènes pour éradiquer au maximum le champignon de l’ensemble de la maison. 

En voyant la somme astronomique de mesures que requiert le traitement d’un chat malade, une question évidente survient : peut-on prévenir la teigne du chat ? La réponse est malheureusement négative, il n’est pas possible de faire vacciner son animal ni d’être certain à 100% qu’il ne contractera jamais cette maladie. Toutefois des gestes de prévention peuvent permettre de réduire le risque d’attraper la teigne du chat. C’est par exemple le cas des solutions antiparasitaires, spécifiquement les antipuces, qui n’agiront certes pas directement sur le champignon lui-même, mais sur ses principaux vecteurs. Dans tous les cas, il est bien sûr indispensable de chouchouter nos amis à pattes qui traversent une épreuve pénible.

Partager, c'est nous aider !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *