Le chat des sables, félin à l’état sauvage ?

Au coeur des immenses étendues désertiques vivent de nombreuses espèces magnifiques et redoutables…ainsi qu’un petit minou très mignon, appelé “chat des sables”. Son nom scientifique est en réalité Felis Margarita ou “chat de Margueritte”, du nom de son découvreur, un général français en mission d’exploration en Algérie au début de sa colonisation. C’est un chaton étonnant, à la fois connu pour son physique particulièrement résistant et en même temps doux et rigolo, et à la réputation mythique pour avoir été le compagnon du prophète Mahomet dans la religion islamique. De l’Egypte à la Tunisie, de l’Arabie saoudite à l’Ouzhbekistan, d’Israël à l’Algérie, on le trouve dans de nombreux pays aux climats parfois extrêmes. On le rencontre aussi en captivité dans différents zoos du monde, mais sa reproduction est particulièrement difficile. En 2018, c’est en France, à Lyon, que de petits chats des sables ont vu le jour. Dans la nature, il n’est plus considéré comme une espèce en danger, mais de nombreux membres de l’espèce ont du mal à survivre en raison de leur abandon en milieu hostile par les mères. Il reste aussi menacé par le braconnage pour sa fourrure d’exception. Son observation fascine de nombreux scientifiques et amis des animaux. Focus sur ce petit félin tout à fait hors-du-commun. 

Un chat au physique exceptionnel

Sa tête reste de taille relativement réduite tout au long de sa vie, et il n’est lui-même ni très grand ni très lourd, puisqu’il dépasse rarement les 3 kilogrammes. Ceci explique l’apparence de chaton qu’il conserve, d’autant que sa large tête plate lui donne un air tout à fait touchant et attachant, semblable à un chat d’album dessiné. Son pelage est tout à fait superbe avec sa couleur sable, parfois rayé ou tacheté, et parfois exempt de toute marque supplémentaire.

Celui-ci lui permet évidemment de se fondre dans un environnement désertique, mais aussi de moins attirer les rayons solaires qu’avec une couleur sombre. C’est un formidable exemple d’adaptation à son milieu naturel. D’ailleurs, tout son système digestif et son métabolisme se sont transformés de manière à pouvoir supporter les conditions souvent éprouvantes de ce milieu. Il possède des griffes plus acérées sur les pattes avant.

Il possède aussi, d’ailleurs, une importante touffe de poils autour des coussinets pour ne pas se brûler sur les surfaces incroyablement chaudes des endroits où il évolue. Quant à ses besoins en eau, ils sont tout à fait minimes pour un mammifères puisque son système urinaire permet un stockage de l’eau jusqu’au moment où il réussit à s’hydrater à nouveau en trouvant une source…ou une proie. Car, en effet, le petit chat des sables est en réalité un grand chasseur, qui possède des techniques uniques. 

Le chasseur du désert

Ce petit félin ne chasse pas seulement pour se nourrir mais aussi pour s’hydrater, car les sources d’eau sont rares dans les étendues désertiques, et ses proies lui permettent ainsi de se recharger en eau. Il peut compter sur une technique particulièrement sophistiquée qui repose largement sur ses exceptionnelles capacités auditive.

Ses oreilles sont de grands triangles, qui surmontent un système plus développé que chez la plupart des espèces. Il est ainsi capable de débusquer une gerboise ou un autre rongeur, voire un lézard, jusque sous le sable, et se rue alors sur sa proie en écartant le sable avec ses pattes. Il n’hésite pas à affronter des adversaires redoutables comme la vipère des sables venimeuse ou la vipère à cornes, à l’aide d’un autre stratagème : il déploie d’abord un puissant coup de patte, avant de mordre sa proie directement au cou pour l’immobiliser.

Ce minou du désert n’a donc pas froid aux yeux. Il faut dire qu’il doit tôt se débrouiller par lui-même: son espèce vit peu ou pas en groupe, sauf lors de la reproduction bien sûr. Le reste du temps, il évolue au milieu d’immenses espaces peuplés de menaces. Il reste, comme beaucoup de félins, un animal territorial, mais sur des aires pouvant facilement atteindre 15 kilomètres carrés, ce qui représente évidemment des dimensions gigantesques pour nos chats d’appartements qui aiment se promener entre la chambre et le canapé du salon….

Très habile et résistant, le chat des sables a surtout développé des techniques de camouflage et de dissimulation par lesquelles il se fond dans son biotope, pour résister au soleil comme aux prédateurs. Il lui arrive également d’enterrer ses proies à la façon d’un garde-manger pour pouvoir s’en sustanter lorsque le besoin s’en fait sentir. 

Partager, c'est nous aider !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *