Le dégriffage des chats au Québec, bientôt la fin?

dégriffage chat

Le Québec, c’est près de 2.5 millions de chats. En effet, près de 33% des ménages possèdent un chat , contre un quart dans les années 90/2000. La région compte même d’innombrables bars à chat. Mais ce n’est pas tant pour sa population féline que le Québec fait la une ces derniers jours, mais plus pour la décision des cliniques Globalvet. Ces dernières ont effectivement annoncé mettre fin aux pratiques du dégriffage d’ici à 2019…

Le dégriffage: mode d’emploi

L’onyxectomie, plus communément appelée « dégriffage » est une opération orthopédique du chat, qui consiste en l’ablation des griffes. Dans les faits, les pattes antérieures sont généralement amputées de leurs troisièmes phalanges. Il y a trois façons de dégriffer un chat: guillotine (pas recommandée), bistouri (acceptable) et laser (fortement recommandé). L’opération se fait sous anesthésie générale et de préférence sur un jeune chaton. En effet, la convalescence est plus facile lorsque l’animal est léger et que ses ligaments sont faibles. Il arrive également qu’on ne retire pas les griffes mais qu’on sectionne les ligaments qui permettent aux griffes de sortir. On appelle cela la tendinectomie, et elle nous provient directement… du Québec!

dégriffage

Origine:

La pratique de cette opération serait étroitement liée aux combats de chiens. En effet, les maîtres  de ces chiens utilisaient des chats dégriffés comme appâts pour exciter leurs bêtes avant le combat. Bien que les combats de chiens soient illégaux, les vétérinaires s’en seraient inspirés pour appeler l’opération qu’ils ont renommé « onyxectomie ». Car oui, ça fait plus professionnel et donc plus vendeur. Le plus souvent, les raisons invoquées par les propriétaires de chats ne justifient pas le recours à l’opération. Dans le top des excuses on a le fameux couple « Protection du mobilier d’intérieur » et « diminution du risque de blessure ». Ce qui est plutôt cocasse puisque un chat sans griffes aura plutôt tendance à mordre. Et même si au sein d’une clinique toutes les précautions sont prises, l’opération n’est pas sans conséquences pour les chats…

Conséquences:

Expérience traumatisante pour le chat, puisque douloureuse, l’opération est irréversible et présente de nombreux risques. On conseille après l’opération de réduire les activités de son chat, en éviter les sauts, les bains, et la poussière de litière. Tout cela dans le but de limiter la douleur et les infections. Cependant, malgré ces précautions, il existe de nombreux risques physiques et psychologiques. Voici une liste non exhaustive des risques post-opératoires:

  • Hémorragies
  • Infections
  • Arthrite
  • Douleurs fantômes
  • Anxiété
  • Perte d’agilité
  • Changement du comportement (chat moins joueur notamment)

Le Québec en bonne voie par rapport aux autres pays?

Aujourd’hui, c’est près de 39 pays dans le monde qui ont fait le choix d’interdire le dégriffage. Parmi eux nombre de pays Européen comme la France, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, ou encore les pays nordiques comme le Danemark, la Finlande, la Norvège ou encore la Suède. Si vous voulez voir la liste complète, nous vous suggérons le site internet Mont Minou. Autre point positif, les expositions félines ont fait le choix de disqualifier les participants dégriffés.

Quant au Québec, c’est le vaste réseau Globalvet qui est à la tête de l’initiative. La décision fait suite à une étude réalisée par un comité scientifique, dont le commentaire final est que l’animal est blessé par l’intervention et que d’autres solutions peuvent la remplacer. Le Dr. Martin Godbout, président de Globalvet précise « Nous on est convaincus que pour le bien-être animal on doit cesser de faire cette procédure-là ». Il ne reste donc plus qu’au Québec à interdire définitivement le dégriffage.

Quelles alternatives au dégriffage?

On peut parfois penser à tort que les chats font leur griffes pour les affûter, ou parce qu’ils aiment bien saccager nos murs et nos meubles. Cependant c’est généralement pour palier l’inconfort de griffes trop longues. Et nous pouvons trouver des compromis pour conserver l’état de notre mobilier, tout en leur permettant de se sentir bien dans leurs pattounes. Il existe par exemple les griffoirs, qu’il faudra bien stabiliser, la taille régulière des griffes, ou encore l’amélioration de la diversité de son environnement. Car oui un chat heureux et comblé est un chat qui ne fera pas ses griffes partout et tout le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest