Pourquoi mon chat n’aime pas l’eau ?

Il est toujours difficile de faire des généralités sur nos amis à poils, et ceci est particulièrement vrai pour ce qui concerne leur contact avec l’eau. Car, à vrai dire, les chats et l’eau, c’est un peu “je t’aime, moi non plus”… Certains individus se sentiront parfaitement dans leur élément dans l’eau : c’est le cas par exemple des étonnants Turcs de Van, qui apprennent très tôt à aimer l’eau. De manière générale, minou est d’ailleurs un bon nageur de façon assez instinctive, alors pourquoi prend-il cet air à la fois exaspéré et désespéré quand il est mouillé ? Ce n’est pas seulement parce qu’il est sérieusement décoiffé, mais il y a bien des raisons anciennes, voire très anciennes, à cette situation. Voici pourquoi nos amis félins ne sont pas très fans du milieu aquatique…

Un héritage de l’Evolution…mais pas seulement !

Il faut toujours se souvenir de l’origine de nos petits compagnons : ils proviennent du Moyen-Orient et de la Péninsule arabique, autant dire qu’ils ont connu des paysages dont l’eau était plutôt absente. Ce n’est tout simplement pas leur milieu naturel. Ce sont les mêmes raisons d’origine géographique qui expliquent, par exemple, leur régime alimentaire, leur passion des souris et leur domestication par l’Homme : c’est en chassant les rats dans les sacs de récoltes de l’Egypte ancienne que les chats, sauvages alors, se sont rapprochés des humains jusqu’à devenir leurs compagnons domestiques. 

Leur capacité à vivre dans des endroits désertiques peut atteindre des records de l’extrême: par exemple, le chat du désert ou Chat Margueritte, se passe littéralement de sources d’eau en s’hydratant grâce aux proies qu’il chasse. Néanmoins, l’évolution des chats à travers les siècle, et cet héritage particulier, n’expliquent pas à eux-seuls le fait que les chats n’aiment pas l’eau. Il existe aussi des raisons tout à fait simples et pratiques qui permettent de mieux comprendre ce phénomène. Nos petits matous n’aiment tout bêtement pas être entravés dans leurs mouvements par un pelage alourdi par l’eau qui le détrempe. On les comprend, les pauvres : imaginez être obligé de se mouvoir avec de lourds vêtements humides, c’est une sensation très désagréable, surtout quand on est agile et rapide comme ils le sont d’habitude. D’autant que le sébum sécrété dans leur pelage rend le séchage de leurs poils plus long et difficile: une vraie chatastrophe ! Heureusement, cela ne les fâche tout de même pas définitivement avec l’eau. 

Les chats sont-ils définitivement fâchés avec l’eau ?

D’abord, il faut redire que certaines races sont véritablement mieux disposées envers l’univers aquatique que d’autres : toutes les races dont les représentants sont issus de zones forestières, comme les sibériens entre autres, sont clairement plus à l’aise avec l’eau. Néanmoins les chats possèdent naturellement des réflexes de nageurs qui peuvent leur permettre d’apprécier un petit bain, pourvu que celui-ci se déroule dans des conditions optimales. En évitant l’eau froide, voire glacée, par exemple. Tout comme en ne lui imposant pas le brutal courant d’un cours d’eau ou de la mer, bien sûr. Un univers sécurisé, apaisant, connu, lui permettra de profiter pleinement de son passage dans l’eau. 

Attention aux casse-cou, cependant. Car l’eau, avec ses mouvements rapides, ses reflets, parfois le poisson qui s’y égaie gentiment, peut constituer un vrai attrait pour nos petits curieux, tentés d’y sauter à pattes jointes ! Le plus important est de veiller surtout à ce que le chat ne se trouve jamais en situation de blocage dans l’eau, comme dans une baignoire remplie dont il ne parvient pas à sortir, car il risque de s’épuiser et de se noyer. En dehors de ces risques à prévenir, il vous dira : “chat baigne !” bien sûr. 

Partager, c'est nous aider !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *